Nouveaux besoins et nouvelles contraintes, comment les entreprises attaquent-elles la rentrée 2020 ?

September 16, 2020
Retour au bureau

Après deux mois de confinement et un été d’incertitude quant à leur futur, les entreprises ont enfin fait leur rentrée. La nouveauté dans le cartable des salariés cette année, c’est un masque devenu obligatoire au sein des espaces collectifs clos et partagés, accompagné d’un ensemble de mesures sanitaires (très) contraignantes qui pousse les entreprises à repenser leur organisation.

En fonction de la couleur de leur zone d’habitation, de leur activité et du système de ventilation des espaces, les salariés pourront éventuellement enlever leur masque au sein de leur espace de travail… brièvement. Des conditions de travail inconfortables dont les entreprises essayent de tenir compte, en se tournant massivement vers une intégration du flexoffice.

Une période trouble, pleine de bouleversements, mais qui ne semble pas effrayer des chefs d’entreprise pourtant bien éprouvés pendant le confinement. Selon la dernière enquête OpinionWay pour la Fondation d’entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur menée du 12 au 22 juin auprès de 802 dirigeants (TPE/PME/ETI), ils sont 92 % à se dire prêts et combatifs face aux difficultés actuelles, soulignant systématiquement l’importance du soutien de leur entourage.

Plus de compromis sur lépanouissement personnel

Une touchante attention que celle de remercier ses proches, certes, mais surtout le symptôme d’un changement de vent qui risque d’avoir de nombreuses conséquences sur l’organisation des entreprises. Les dirigeants, au même titre que leurs collaborateurs, sont 79 %* à déclarer avoir redécouvert la vie de famille lors du confinement et être désormais plus investis.

Un quotidien plus équilibré entre vie professionnelle et privée, auquel de nombreux individus ont pris goût et ne veulent pas renoncer. Le constat est sans appel, ils sont 93 %* à désirer pouvoir mieux profiter de leurs proches en adoptant un emploi du temps plus flexible. Une tendance vers le mieux vivre qui s’inscrit dans une remise en question préexistante au confinement des schémas traditionnels, mais qui semble se renforcer un peu plus chaque jour. La prise en compte des entreprises de la difficulté du port du masque toute la journée en est la preuve : plus que jamais le dialogue social est opérant entre les hiérarchies, et la recherche du bien-être des collaborateurs impacte réellement l’organisation du groupe, plutôt que l’inverse.

Payfit fait figure d’exemple dans ce domaine. La start-up de logiciel de gestion de paie et ressources humaines, qui plaçait la vie au bureau au cœur de sa culture d’entreprise, envisagée comme un "poumon", a décidé dès le début de la crise sanitaire de revoir radicalement cette politique. En adoptant comme devise "Work from Anywhere", Payfit a fait le choix de laisser ses collaborateurs travailler d’où ils le voulaient et quand ils étaient le plus productifs. Un pari osé, qui a nécessité de mettre en place un dialogue interne afin d’identifier les attentes et craintes de chacun, et une bonne organisation pour ne pas perdre en productivité. Après expérimentation, pari réussi, le flexoffice est adopté !

La remise en question de lespace de travail

Repenser la relation au travail, oui, mais sans pour autant sacrifier les résultats. Heureusement, les managers et salariés sont 85 %* à ne relever aucun impact négatif du télétravail sur la productivité, 42 %* déclarant même être plus productifs. Des chiffres qui donneront tort aux managers trop rigides, persuadés que le bien-être au travail est une lubie des partisans du moindre effort.

La réponse à ces nouveaux besoins et problématiques s’est rapidement imposée comme étant le flexoffice, où comme expliqué par Julian Dufoulon, CEO de Flitdesk "les gens n’auraient plus un seul poste de travail, mais une multitude d’options parmi lesquelles choisir : au siège de leur entreprise, dans des coworking proches de chez eux, à la maison, dans des bureaux satellites en coworking ou non".

Une flexibilité qui répondrait également aux problématiques de la crise sanitaire, qui pousse de toute façon les entreprises à repenser leur organisation afin d’éviter les pics d’affluence.

Face à toutes ces données, 35 %* des dirigeants déclarent disposer de bureaux désormais inadaptés à leurs besoins : si comme les Français le souhaitent et les dirigeants semblent prêts à l’accepter, les collaborateurs des entreprises étaient amenés à télétravailler jusqu’à deux jours par semaine, un tiers des postes de travail par semaine se retrouveraient vides.

Si vous aussi vous souhaitez mettre en place une politique tournée vers le télétravail, notre calculateur pourra vous aider à définir le rythme ou le nombre de postes nécessaires à la bonne organisation de votre entreprise.

Découvrez ici notre calculateur !

De la nécessité de bien préparer sa transition vers le flexoffice

Bien conscients des conséquences logistiques d’une transition vers une gestion plus souple de la vie professionnelle, 60 %* des dirigeants envisagent de passer au "sans bureau fixe" pour optimiser leurs espaces. Une décision cohérente et rationnelle, mais qui demande une bonne préparation et une excellente organisation au quotidien.

Pour Julian Dufoulon "mettre en place le flexoffice sans fournir les outils qui permettent aux collaborateurs de s’approprier facilement ce mode d’organisation est l’assurance de faire face à des résistances. Si des choix d’aménagements ou d’organisation ajoutent de la complexité au lieu de simplifier, et créent du stress au lieu de motiver les collaborateurs, alors cette politique sera contre-productive. C’est la raison pour laquelle nous avons pensé Flitdesk pour gérer toutes les configurations possibles, aux entreprises de faire les bons choix d’organisation, nous leur fournissons les outils pour les mettre en œuvre efficacement."

La fin de la vie de bureau ?

Perçu comme un espace de socialisation et de collaboration, le bureau conserve comme atout premier d’être un lieu de rencontre et d’échange parfois nécessaire au bien-être et à la productivité des salariés, auquel ils ne veulent pas totalement renoncer.

En revanche, comme expliqué par Julian Dufoulon "je crois beaucoup au fait que la concurrence que va faire le télétravail au bureau incitera les entreprises à en faire des lieux différents, plus attractifs, plus sociaux, plus interactifs", se rapprochant des espaces de coworking ultra-ludiques, très en vogue pour leur cadre de travail modulable et confortable et qui attirent de plus en plus de chefs d’entreprise.

*Source: sondage Deskeo Juin 2020

Plus d'articles

Restons en contact

Suivez l'actualité de Flitdesk et recevez nos conseils pour gérer vos espaces, en entreprise ou en coworking.

Merci ! Vous avez bien été ajouté à notre liste !

Oups! Quelque chose n'a pas fonctionné...