Coronavirus : Êtes-vous à jour des dernières mesures pour la santé et la sécurité de vos salariés ?

September 11, 2020
Retour au bureau

Avec un cluster sur cinq issu de la vie en entreprise, le gouvernement a décidé de prendre pour cette rentrée 2020 une nouvelle série de mesures sanitaires. Cependant, difficile de faire le point quand l'info d'hier n'est déjà plus valable aujourd'hui.

Pas de panique, Flitdesk se charge d'éclaircir tout ça.

Un masque désormais systématiquement obligatoire

Un nouveau protocole sanitaire pour la santé et la sécurité des salariés en entreprise publié le 31 août rend obligatoire le port du masque dans tous les lieux collectifs clos et partagés. Une décision touchant donc les open spaces, les espaces de coworking, les salles de réunion, les parties communes (couloirs, salles de pause, vestiaires...), ou encore les véhicules partagés par les salariés.

Si les séparations en plexiglas ou le respect d'un mètre de distance entre les salariés engendraient une tolérance quant au port du masque, ces précautions ne sont plus suffisantes et le masque rendu obligatoire, même dans ces cas de figure.

Quelles sont les dérogations possibles ?

Le gouvernement a précisé certains cas éligibles à une dérogation temporaire du port du masque.

Le masque n'est pas obligatoire pour un salarié seul dans son bureau.

En fonction des zones, rouges, oranges ou vertes, il sera possible de retirer temporairement son masque :

  • Zone verte : une ventilation parfaitement fonctionnelle et des écrans de protection entre chaque salarié seront nécessaires.
  • Zone orange : il faudra en plus disposer de visières de protection, de grands volumes de locaux et d'un système d'extraction d'air haut.
  • Zone rouge : ces mesures additionnées à la mise en œuvre d'une procédure de gestion rapide des cas de personnes symptomatiques, et uniquement au sein de locaux bénéficiant d'une ventilation mécanique, permettront aux salariés de retirer brièvement leur masque au cours de leur journée à condition de respecter une densité de 4m2 par personnes.

Un département en état d'urgence sanitaire rendra toute dérogation strictement impossible.

Le gouvernement continue de privilégier le recours au télétravail comme première mesure de protection, Pourtant celui-ci est en net recul. D'après un sondage Yougov paru dans les Echos le 26 août dernier, 27% des Français ont télétravaillé pendant le confinement. À la date du sondage ils n'étaient plus que 15% à télétravailler, soit une hausse de baisse de 44% !

Ce que votre entreprise doit savoir (et vous aussi)

L'entreprise responsable de la sécurité de ses salariés. Les entreprises devront garantir la disponibilité de masques respectant la norme AFNOR SPEC S76-001 pour tous leurs salariés, sous la supervision d'un référent Covid.

Ce référent, désigné parmi les collaborateurs de l'entreprise, sera chargé de veiller au respect des mesures sanitaires (respect des gestes barrière, fourniture de gel hydroalcoolique, nettoyage adapté des espaces de travail), et à la diffusion de l'information.

Privilégier le télétravail. Les entreprises sont vivement encouragées à privilégier le télétravail, en particulier pour leurs collaborateurs à risque ou vivant avec une personne à risque. Si le télétravail s'avère impossible, il faudra alors renforcer la sécurité autour du travailleur concerné et aménager en ce sens son poste de travail, idéalement sous la supervision de la médecine du travail.

À titre indicatif et pour faciliter le respect des gestes barrières, l'entreprise peut mettre en place des jauges de sécurité. Installées par exemple devant une salle de réunion, elles indiqueront le nombre de personnes maximum autorisées dans la pièce, 4m2 par personne étant la recommandation officielle.

Quelles mesures d'hygiène et de sécurité devrez-vous mettre en place ?

Vous devrez nettoyer les postes de travail, points de contact et objets partagés au moins une fois par jour.

Plus de contacts, plus de nettoyage. Si les échanges sont nombreux, il faudra cependant adapter la fréquence de nettoyage et mettre en place un protocole de nettoyage particulier, avec une désinfection fréquente et de quoi permettre aux travailleurs de se laver les mains avant et après chaque contact.

Mesures d'hygiène renforcées. Les déchets liés au nettoyage et à la désinfection, ou potentiellement souillés de quelque façon que ce soit, sont à enfermer pendant 24h dans un double sac plastique avant d'être jetés aux ordures ménagères.

Marquage au sol obligatoire. Plus de collisions possibles, les entreprises devront mettre en place à l'aide d'un marquage au sol un sens unique de circulation pour éviter les croisements.

Que faire si un collaborateur présente des symptômes ?

Le moindre cas suspect sera invité à rester chez lui, très loin des transports en commun, lieux publics et bureaux, qui sont le terreau de la diffusion du Covid.

Si les symptômes apparaissent pour la première fois sur le lieu de travail, le travailleur devra quitter les lieux pour regagner son domicile, en évitant les transports en commun si possible, et consulter son médecin sans délai. Le rôle de ceux qui restent sera d'évaluer précisément les risques de contamination pour mettre en place les mesures de protection adéquates.

Le circuit de "contact tracing" des patients Covid-19 s'applique ensuite en trois axes :

  • Isolement
  • Test
  • Surveillance de l'état de santé

Une personne identifiée comme cas probable de Covid-19 sera prise en charge et des mesures d'isolement seront mises en place autour d'elle. Elle sera ensuite testée.

En cas de test positif, les personnes ayant été en contact direct avec le patient seront recensées par un médecin et informées à leur tour par l'Assurance Maladie des mesures d'isolement adéquates.

En cas de difficultés respiratoires, contactez immédiatement le 15.

Rappels pratiques

Réutiliser (ou non) un masque. Un masque doit être changé dès qu'il devient humide et jamais porté plus d'une journée. Il faut ensuite le retirer en le prenant par les cordons, sans toucher le devant du masque potentiellement souillé, et le jeter directement s'il est à usage unique ou l'isoler dans un sac jusqu'à ce qu'il soit lavé s'il est réutilisable. Le sac contenant le masque suivra ensuite les mêmes consignes.

Bien nettoyer un masque. Une eau chaude et savonneuse ou un passage en machine à laver sont les seuls moyens efficaces de nettoyage du masque. Le faire bouillir, le désinfecter, le passer au four ou le repasser ne ferait qu'altérer son textile et donc son système de filtration.

Les visières ne remplacent pas les masques. Les visières, qui protègent d'une projection directe comme d'une toux mais pas des particules suspendues dans l'air, ou même les masques, bien que plus efficaces car couvrants, sont des équipements de protection individuels (EPI) qui viennent agir en complément des gestes barrière (hygiène des mains, distanciation sociale) et des équipements de protection collectifs (écrans de séparation entre les collaborateurs, espacement des postes...).

L'un sans l'autre, et l'effort est gâché.

Et demain ?

Encore vague quant aux métiers peu compatibles avec le port systématique du masque (métiers physiques, ou nécessitant une expression orale longue, par exemple), le gouvernement statuera sur le sort de ces professions le 11 septembre. D'ici là, aucune exception ne sera tolérée.

Stay safe and stay tuned !

Plus d'articles

Restons en contact

Suivez l'actualité de Flitdesk et recevez nos conseils pour gérer vos espaces, en entreprise ou en coworking.

Merci ! Vous avez bien été ajouté à notre liste !

Oups! Quelque chose n'a pas fonctionné...